Soif du terroir

Le Domaine Lafrance tourné vers l'avenir

 

Bouteilles Vergers Lafrance

Qu’ont en commun le gin, le brandy, le cidre et l’eau de vie ? Tous ces produits se retrouvent au Domaine Lafrance, maintenant en vente sur place en vertu de la nouvelle loi. Partons ensemble à la découverte des vins et spiritueux à base de pommes, ainsi que de leur créateur Éric Lafrance.

 Petite histoire rapide. Les Vergers Lafrance sont nés il y a trois générations avec Mr. George Étienne, grand-père de l’actuel propriétaire Éric Lafrance. Les vergers comptent plus de 13000 pommiers répartis sur 25 hectares, en plus des poiriers et des vignes. Le premier alcool à avoir vu le jour est le cidre, rapidement suivi du cidre de glace et des mousseux, tous très prisés des touristes étrangers. Le Domaine Lafrance a donc su surfer sur la grande popularité des cidres du Québec jusqu’au début des années 2000. Mais il est arrivé un temps où il a fallu se renouveler. C’est en voyageant en Europe il y a 5 ans qu’Éric est tombé sur un alambic à Bordeaux. Il a immédiatement vu les possibilités qui s’offraient à lui afin de diversifier ses produits. La suite est une belle histoire d’innovation, d’expériences (réussies et ratées) et de désir de produire des alcools 100% local.

Le Domaine Lafrance produit de nombreux cidres, vins fortifiés et spiritueux, tous à base des pommes des vergers. Les cidres ne sont plus à présenter, étant bien établis sur les tablettes de la SAQ. Par contre, les autres produits sont assez récents et je vais vous les présenter un peu plus bas.

Mais avant d’en parler, j’aimerais vous parler du travail et de la vision d’Éric et de son chimiste et responsable de la vinification, Laurent.

La vision d’Éric est d’une simplicité déconcertante, mais Ô combien rare de nos jours : « de la terre à la bouteille ». Mais alors qu’est-ce que ça veut dire ? Et bien que le Domaine Lafrance est peut-être le seul producteur de spiritueux au Québec qui pourrait se mériter une appellation Origine Québec. Tous les produits sont faits à base des pommes ramassées dans les vergers, puis la fermentation, la distillation et le vieillissement sont faits au domaine. Le Domaine possède même sa propre chaîne d’embouteillage semi-automatisée! Très rares sont ceux au Québec qui peuvent dire qu’ils font des produits 100% local. La plupart des spiritueux connus sont en fait à base d’un alcool neutre qui vient d’Ontario ou de l’Europe et qui sont ensuite aromatisés avec des plantes d’ici. Ou alors, le produit est fait ici, mais à base de matières premières qui viennent d’ailleurs. Il y a même encore plus drôle/ridicule (selon les points de vue) : des produits fait entièrement au Canada, avec des céréales d’ici…mais portant la mention Importé des États-Unis puisqu’embouteillés aux USA. Il y a évidemment une raison derrière tout ça : l’économie. D’énormes conglomérats vendent leur distillat pour beaucoup moins chère que le coût de production d’ici. Au final, sur des milliers de litres, ça fait une grosse différence. Et en finalisant le produit ici, on peut y appliquer la mention Origine Québec…ce qui est assez trompeur pour le consommateur ordinaire.
Mais dans ce cas, pourquoi Eric et son équipe ne fonctionnent-t-ils pas comme tous les autres ? Il y a deux raisons ! La première en est une de gestion de la qualité. L’équipe d’Éric étant présente à tous les stades, elle peut s’assurer d’une qualité bien supérieure dans la finalité du produit. Pour avoir vu les installations et la chaîne de production, les contrôles sont des plus strictes, et ce à chaque étape : triage des pommes, qualité du moût, cuves de fermentation propre etc. Ce qui ne veut pas dire que les produits à moitié Québécois ne sont pas bons ou d’une moindre qualité. Mais simplement, les produits Lafrance sont-ils plus raffinés, plus délicats. Cela permet aussi de faire des expérimentations en contrôlant tous les facteurs : fermentation plus longue ou plus courte, distillation plus rapide, utilisation de fûts différents pour le vieillissement, etc. C’est d’ailleurs un des objectifs à long terme du Domaine Lafrance, l’expérimentation de fûts de différentes origines (Cabernet-Sauvignon, chêne Européen, Bourbon…).
La deuxième raison majeure est de fournir aux consommateurs un véritable produit du Québec. Prenons exemple sur les grands vins de Bourgogne. Ils ne sont pas faits à partir de raisins de Grèce, vieillis en Italie et finalement embouteillés en Bourgogne. Il en est de même pour les cidres de glace, qui doivent être faits à partir de pommes du Québec, au Québec, pendant nos hivers. Sinon ce ne serait plus du cidre de glace ! Eric rêve d’ailleurs d’un genre d’Appellation d’Origine Contrôlée (A.O.C.) concernant les spiritueux du Québec. Le résultat serait d’avoir des consommateurs plus avertis tout en encourageant les producteurs locaux à se servir de nos matières premières si abondantes au Québec.

Maintenant que vous comprenez mieux ce qui se cache derrière tous les produits, passons au cas par cas ! Je vais vous présenter cinq produits avec leurs notes de dégustations personnelles et la façon dont je vous recommande de les boire.

Les produits

Voici les 4 produits dégustés aux vergers Lafrance ainsi que mes recommandations de dégustation :

verre1

 

Rouge Gorge - Vermouth de cidre blanc : au nez, de belles saveurs de fines herbes du jardin avec une pointe d’agrumes ; en bouche, une belle acidité et une grande fraîcheur font places à des arômes de sucres de pommes et de basilic ; la finale est ample et volumineuse, mais reste courte.
À boire : sur glace bien froid ou agrémenté d’un zeste de citron et de 5mL de jus de citron pressé, faisant ressortir l’acidité en bouche. Parfait pour l’apéritif.

 

 

 

rouge gorge

 • Rouge Gorge - Vermouth de cidre rouge : au nez, beaucoup plus sucré que son cousin blanc, avec de belles saveurs de sauge ; en bouche, une attaque toute en herbes fraîches et en cidre de pommes ; la finale est longue et chaleureuse malgré la fraîcheur du produit. 

À boire : net sans rien, accompagnant un des 1000 dessert à la pomme qu’on sait si bien faire au Québec, ou encore dans un Prohibition !

verre2
Prohibition : 45mL de whisky Canadian Club 12 ans, 15mL de Rouge Gorge rouge, quelques goûtes d’amer à la lime; mélanger le tout à la cuillère dans un verre à mélange rempli de glace ; filtrer au-dessus d’un verre à Martini.

 

 

 

pure legende

• Pure Légende - eau de vie de pommes : au nez, on sent l’eau-de-vie avec une pointe très légère de pommes en décomposition ; en bouche, on est à mille lieux du nez, avec une très faible présence du taux d’alcool et une plus grande impression de pommes bien mûres ; la finale est souple et peu agressive, avec une présence plus accrue de l’alcool qu’en bouche.
• À boire : une belle addition à la traditionnelle poire-william qui pourra servir de digestif.

 

 

 

Dandy

 

• Dandy - gin à la pomme : au nez, fort sentiment du gin traditionnel avec des notes de pommes, raisins et poires ; en bouche, un mélange de fruits du verger et des raisins, tout en gardant ce côté herbal qu’on aime du gin ; la finale devient plus sèche que ce qu’on a en bouche, créant une belle évolution. Le Gin en est un des plus complexes qu’il m’ait été donné de goûter !
• À boire : sur glace ou encore allongé d’eau tonic pour faire un Gin Tonic !

 

 

 

Nicolas Hardy

 

A propos de Terroir et Découvertes

Terroir et Découvertes a pour vocation de promouvoir les producteurs locaux et de mieux faire connaître leurs produits auprès du grand public.

A propos de Terroir et Découvertes